De nouvelles études révèlent que l'amélioration de la sécurité est le facteur le plus important pour encourager l'usage du vélo dans les plus grandes villes du monde

Un fossé générationnel émerge alors que l'impact du Covid-19 change la façon dont les millénials donnent la priorité au vélo dans les villes du monde entier.

392469 vm wbd blog header 08b5da large 1622639357

Amsterdam, 3 juin 2021 - Une nouvelle étude commandée par VanMoof pour la Journée Mondiale du Vélo en partenariat avec YouGov cherche à comprendre les changements dans les habitudes de mobilité des individus dans les villes européennes et nord-américaines et plus spécifiquement envers l'espace public. Les résultats montrent qu'en dépit du "boom du vélo" largement médiatisé et de l'adoption massive du vélo tout au long de la pandémie du Covid-19, les citadins ne se sentent toujours pas en sécurité dans les rues de certaines grandes villes du monde. Les millénials, cependant, semblent prendre de l'avance en termes de comportement et de détermination à changer le statu quo des transports dans leur ville. Dans les grandes villes américaines, les mentalités à l'égard des vélos électriques et de la mobilité urbaine ont énormément évolué au cours de la pandémie. Les données ont été recueillies auprès de plus de 3 000 adultes dans cinq des plus grandes villes du monde : Londres, Paris, Berlin, New York et Los Angeles.

Voici quelques-unes des principales conclusions de l'étude :

- Les sondés sont préoccupées par la sécurité : 43 % des habitants des cinq villes étudiées ont déclaré que de se sentir plus en sécurité les inciterait à faire plus de vélo. La sécurité est ainsi le facteur le plus important dans toutes les tranches d'âge, tant chez les hommes que chez les femmes. L'augmentation du nombre de pistes cyclables (34 %) et la diminution des risques de vol de vélos (33 %) sont les deux autres facteurs les plus importants pour encourager la pratique du vélo dans chaque ville.

- Les sondés estiment qu'il est plus important pour leur ville de donner la priorité au vélo : une personne sur trois (34 %), toutes villes confondues, a déclaré qu'il était plus important pour elle que sa ville donne la priorité aux cyclistes aujourd'hui qu’avant le Covid-19. Les 18-34 ans sont presque deux fois plus nombreux (46 %) à penser qu'il est important de donner la priorité aux cyclistes que les plus de 55 ans (24 %). À titre de comparaison, dans une enquête pré-pandémique, Future Cities 2019, menée dans six pays européens, 20 % en moyenne avaient déclaré que le vélo serait leur mode de transport préféré pour se rendre au travail/à l'école et en revenir.

- New York montre une sensibilité accrue pour la priorisation du vélo : 41 % des New-Yorkais déclarent qu'il est plus important pour eux maintenant que la ville donne la priorité aux cyclistes qu'avant l'arrivée de la pandémie. Ce pourcentage atteint une majorité de 68 % chez les 25-34 ans. 

- 32 % des Parisiens préféreraient désormais le vélo à la voiture en général et ce chiffre atteint 40 % chez les 18-24 ans, ce qui fait du vélo l'option préférée à la voiture (mais pas aux transports publics) pour les plus jeunes habitants de la ville.

- 49% des Parisiens déclarent que se sentir plus en sécurité les encouragerait à faire plus de vélo.

- Les vélos électriques sont plus susceptibles d'être choisis pour les trajets en ville : C'est dans les villes américaines de New York et de Los Angeles que l'attitude à l'égard de l'utilisation des vélos électriques a le plus évolué. En effet, depuis le début de la pandémie de Covid-19, 35% des New-Yorkais et 32% des habitants de Los Angeles sont plus susceptibles de choisir un vélo électrique pour de courts trajets. Une proportion énorme de 64% des 25-34 ans à New York disent qu'ils seraient maintenant plus susceptibles de choisir un vélo électrique pour leurs trajets en ville. Pour replacer ces chiffres dans leur contexte, seuls 24% des Européens de onze pays ont déclaré qu'ils étaient "susceptibles d'acheter ou d'utiliser" un vélo électrique dans une enquête réalisée en juillet 2020.

- L'enthousiasme pour l'adoption de vélos électriques est le plus fort chez les moins de 35 ans : dans les cinq villes de l’étude, 35 % des 18-34 ans sont plus susceptibles de passer au vélo électrique pour de courts trajets depuis l'impact du Covid-19.

L'insuffisance des infrastructures cyclables dans les villes décourage les gens à faire plus de vélo.

L'une des principales conclusions de l'étude est que d'énormes problèmes non résolus en matière d'infrastructures cyclables et d'incitations continuent de décourager les gens à faire du vélo. Cela est particulièrement vrai en ce qui concerne le manque d'infrastructures pour la sécurité des cyclistes, qui est le facteur le plus important dans toutes les villes. 

C'est une période incroyablement prometteuse pour les vélos électriques, pour les déplacements à vélo et pour le cyclisme en général. Ce que ces données nous montrent, c'est que les vagues de cyclistes qui déferlent sur les routes de nos grandes villes doivent se sentir beaucoup plus en sécurité pour conserver leurs nouvelles habitudes. Une plus grande part de l'espace routier et de meilleures infrastructures permettront aux gens de se déplacer dans nos villes de manière plus saine, plus verte et plus propre.

Ties Carlier, cofondateur de VanMoof.  

La pandémie a également renforcé le désir des Américains de choisir un vélo électrique plutôt qu'une voiture pour se déplacer à New York et à Los Angeles. Cette constatation reflète l'avantage que l'assistance motorisée d'un vélo électrique offre aux cyclistes américains dans des grandes villes tentaculaires initialement conçues pour les voitures et non pour ses habitants. La pandémie commence à avoir un impact sur l'attitude des gens à l'égard de l'espace public : les millenials sont désormais plus exigeants envers les décideurs politiques de leur ville, leur demandant - plus que tout autre groupe d’âge - de soutenir le vélo. Les millenials se montrent également plus disposés à adopter le vélo pour les déplacements interurbains. L'étude a révélé qu'il n'y a pratiquement aucune différence entre les hommes et des femmes quant à leur attitude actuelle à l'égard du vélo dans leurs villes depuis la pandémie, l'équilibre entre les sexes dans chaque endroit illustrant l'attrait universel du vélo.

Ces données indiquent que nos villes doivent évoluer vers un avenir plus axé sur l'humain et le vélo. La culture contemporaine rejette les autoroutes, centrées sur la voiture du passé. Les améliorations pour les cyclistes dans beaucoup de ces villes au cours des dernières années sont les bienvenues. Mais il est clair aujourd'hui que les gens veulent un système de mobilité beaucoup plus complet, qui soit la pierre angulaire de toute ville où il fait bon vivre, et pas seulement un élément optionnel dans une société construite pour et dirigée par les voitures.

Taco Carlier, cofondateur de VanMoof

**Tous les chiffres proviennent de YouGov Plc, sauf indication contraire. L'échantillon total était de 3016 adultes à New York, Los Angeles, Londres, Paris et Berlin. Le travail sur le terrain a été effectué entre le 18 et le 23 mai 2021. L'enquête a été réalisée en ligne. Les chiffres ont été pondérés et sont représentatifs de tous les adultes de la ville (âgés de 18 ans et plus).