Hmm, on ne trouve pas ce que vous cherchez...

N'abandonnez pas ! Vérifiez l'orthographe, ou essayez quelque chose de moins spécifique.

Chercher
Bike Hunters

VanMoof Bike Hunt Report: September

VanMoof Bike Hunters are famous for never giving up. But this month the Berlin team went above and beyond the call of duty in an epic four-day bike hunt. Abandoned buildings, spooky basements, last-minute discoveries – this hunt has it all, and took our team to the four corners of the German capital.

Elle avait commencé comme une chasse au vélo classique, Daniel et Daisy-May ayant été prévenus de la disparition d’un Smart Bike de 2016. Remarquant la coïncidente apparition d’une annonce sur une plateforme de vente de vélos, les Hunters ont compris qu’il fallait agir vite avant que le vélo ne disparaisse pour de bon.

Heureusement, le vélo envoyait toujours de puissantes données de localisation, avec un recoupement de coordonnées à l’autre bout de la ville. L’équipe s’est dépêchée d’atteindre le centre du périmètre signalé, et s’est retrouvée au pas de la porte d’un gigantesque immeuble communautaire abandonné. À l’intérieur, les dizaines d’anciens appartements et studios leur promettaient une recherche laborieuse ; mais au moins, dans un espace limité, ils allaient forcément finir par retrouver le vélo.

Du moins, c’est ce qu’ils croyaient. Le vaste bâtiment s’est avéré être une véritable botte de foin, dans laquelle l’insaisissable aiguille avait la forme d’un Smart Bike. Au milieu de l’après-midi, l’équipe, ayant écumé toutes les pièces, a commencé à s’attaquer au sous-sol. Les Bike Hunters ne sont pas vraiment trouillards, mais cette cave-là était digne d’un film d’horreur : plafonds couverts de toiles d’araignées et sombres recoins d’où aurait pu jaillir n’importe qui et n’importe quoi. Les yeux rougis par la poussière, l’équipe est remontée bredouille à la surface.

Le scanner Bluetooth sonnait toujours, mais l’immeuble ayant été ratissé, les Hunters ont dû étendre la zone de recherche. La nuit commençait à tomber, et il ne restait pas beaucoup de temps pour aller voir le bâtiment adjacent. Cette fois-ci cependant, ce fut beaucoup plus simple. Le tracker a guidé Daniel et Daisy-May vers une porte en particulier d’où émergeait jusque dans le couloir une certaine odeur de plante.

Persuadés d’avoir retrouvé le vélo, les Bike Hunters ont appelé la police. La crème de la crème est rapidement arrivée sur le lieu du crime, mais sans autre preuve qu’un signal Bluetooth et des effluves étourdissantes, elle n’était pas très disposée à entrer dans l’appartement. Acceptant ce revers momentané, les Bike Hunters s’en sont arrêtés là et sont repartis.

Revigorés et déterminés comme jamais, les Hunters sont revenus le lendemain matin. Mais leur belle confiance s’est envolée quand ils ont allumé le scanner Bluetooth et… qu’il ne s’est rien passé. De même, le signal de localisation du vélo s’était soudainement arrêté. Le vélo avait clairement été déplacé dans la nuit : mais ? Complètement découragés, les Bike Hunters ont passé une journée de recherches infructueuse à parcourir le quartier, en espérant qu’un signal Bluetooth chanceux viendrait éclairer le scanner. Mais la chance n’était pas de leur côté, et ils sont repartis aussi bredouilles et frustrés que la veille.

Le temps ne s’écoulait pas en leur faveur ; cependant, le troisième jour leur a réservé une nouvelle surprise. Le vélo recommençait à envoyer des signaux de localisation, cette fois-ci tout au sud de Berlin. La température avoisinait les 35°C, mais l’équipe a gardé son sang-froid en pédalant en e-bike jusqu’aux limites de la ville. Le panorama urbain a laissé place à une vue bien familière : le chantier de construction de la périphérie.

Perplexes, les ouvriers ont néanmoins volontiers laissé Daniel et Daisy-May explorer leur lieu de travail. Il y avait beaucoup de vélos abandonnés dans cette zone, mais aucun ayant la géométrie typique des VanMoof. Alors que les recherches continuaient, les Hunters ont pu capter un signal qui les menait vers un lieu en particulier. Évidemment, c’était la décharge.

Alors qu’il escaladait les parois d’un container en acier, est arrivé ce que Daniel craignait par-dessus tout. Le vélo était enfoui sous le tas d’ordures. Ou du moins un morceau du vélo. Le Smart Bike était quasiment scié en deux, les deux roues arrachées aux rayons. Ce VanMoof ne pouvait plus rouler jusqu’à la maison, mais on pouvait toujours célébrer le fait de l’avoir retrouvé... les Hunters ont partagé une bière de la victoire sur le chantier, avec l’équipe de construction.

Tout ce qu’il restait à faire, c’était de ramener le vélo à son propriétaire. Ce dernier était plutôt de bonne humeur étant donné l’état du vélo, et impressionné par le fait qu’il soit resté traçable. Peut-être que d’être passé depuis longtemps à un Electrified S2 a-t-il aidé ce propriétaire à ne pas avoir trop de regrets... mais le Smart Bike avait quand même une valeur sentimentale. Pour rendre hommage à l’aventure de son vélo, il a même suggéré de le donner à une nouvelle institution – « Le Musée des Vélos Repris aux Connards. »

On va y réfléchir.

Est-ce que vous avez des sueurs froides à l’idée qu’on vous vole votre VanMoof S3 & X3 ? « Peace of Mind : Garantie Antivol » à la rescousse ! C’est notre garantie à toute épreuve que votre vélo sera retrouvé si jamais il est volé.

Comment fonctionne « Peace of Mind : Garantie Antivol » ? C’est simple. Lorsque vous rapportez le vol de votre vélo dans l’app VanMoof, nous alertons notre impitoyable équipe de Bike Hunters pour le pister. Si nous ne parvenons pas à le récupérer dans les deux semaines, nous le remplaçons par un vélo de même âge et de même (ou meilleure) condition.

Peter Gigg

À propos de cet auteur

Peter Gigg is VanMoof's resident Brit. He enjoys writing, running, and remaining in the EU.