Hmm, on ne trouve pas ce que vous cherchez...

N'abandonnez pas ! Vérifiez l'orthographe, ou essayez quelque chose de moins spécifique.

Chercher
Cities & Cycling

Un an après le boom du vélo: comment les mentalités et les comportements évoluent en faveur d'un monde à deux roues.

Un an après le boom du vélo: comment les mentalités et les comportements évoluent en faveur d'un monde à deux roues.

Il a fallu une pandémie pour que les décideurs politiques et les municipalités de villes comme New York et Paris consacrent suffisamment de temps, de ressources et d'énergie à la résolution de nos problèmes de transport urgents. Dans le passé, il y a eu peu de suivi après que des mesures aient été prises, si tant est qu'elles l'aient été. Mais il y a des raisons de garder espoir. Certaines données déterminantes recueillies au cours de l'année et demie écoulée montrent que notre volonté de prendre des mesures significatives est en train de se manifester.

La crise du Covid-19 a propulsé la question de l'habitabilité et de la durabilité de nos villes au centre des débats. Le vélo et la mobilité ont pris le devant de la scène, et plus de gens que jamais quittent leur voiture et optent pour le vélo (électrique ou non). Selon les dernières projections, le marché du vélo électrique devrait dépasser 46 milliards de dollars au cours des six prochaines années, avec un taux de croissance deux fois supérieur à celui prévu avant la pandémie.

Rien qu'aux États-Unis, les ventes de vélos ont augmenté de 65 % entre 2019 et 2020, un total qui atteint même 145 % pour les vélos électriques. Il est clair que nous vivons un tournant dans l'histoire du vélo. Le monde est prêt à changer. Mais pour que le vélo prenne la place qui lui revient en tant que pierre angulaire de nos villes de demain, il reste encore du travail à faire

Villes, nous sommes prêts pour le changement.

Les résultats stupéfiants d'une nouvelle étude, commandée par VanMoof pour la Journée mondiale du Vélo en partenariat avec YouGov, soulignent la volonté des jeunes générations d'apporter des changements transformateurs à la mobilité urbaine. L'étude, menée dans cinq des plus grandes villes du monde, est un signal d'alarme pour les décideurs politiques du monde entier. Il est temps d'agir : les gens sont prêts à donner la priorité aux vélos sur les voitures dans nos espaces urbains.

Les données recueillies auprès de plus de 3 000 adultes montrent que les millenials prennent une longueur d'avance dans leur comportement en faveur du vélo et leur détermination à changer le statu quo en matière de transport dans leur ville. Les 18-34 ans sont presque deux fois plus nombreux (46 %) que les plus de 55 ans (24 %) à penser qu'il est important de donner la priorité aux cyclistes. Cette tendance est particulièrement marquée aux États-Unis : 41 % des New-Yorkais déclarent qu'il est plus important pour eux aujourd’hui qu'avant la pandémie que la ville donne la priorité aux cyclistes, un pourcentage qui atteint 68 % chez les 25-34 ans.

D'après ces données, il est clair que le boom du vélo ne se limite pas à un événement isolé : le vélo est là pour rester. Les changements entrepris au cours de la pandémie pour rendre nos espaces publics plus accueillants pour les cyclistes ont entraîné une évolution des comportements et des attitudes, en particulier chez les jeunes générations. Mais, fait inquiétant, les gens ne se sentent toujours pas en sécurité à vélo dans les rues de nombreuses grandes villes du monde. En moyenne, 43 % des habitants des cinq villes étudiées déclarent que le fait de se sentir plus en sécurité les inciterait à faire davantage de vélo. À Paris, ce taux atteint un pourcentage de 49%. Les données sont claires : les citadins sont prêts à changer. Leur seul obstacle ? Le manque d'espaces sûrs et d'infrastructures propices à la pratique du vélo.

La pandémie, moteur de la révolution

Lorsque le Covid-19 a frappé les États-Unis et l'Europe, cela a bouleversé le statu quo en matière de mobilité dans certaines des plus grandes villes du monde. Outre les effets positifs frappants des confinements sur l'environnement dans les grandes villes, l'esprit des gens a changé. Selon une enquête menée par YouGov dans 21 grandes villes européennes, 64 % des personnes interrogées ont déclaré ne pas vouloir revenir aux "niveaux de pollution d'avant le Covid". Et 68 % ont déclaré qu'ils seraient prêts à supprimer les infrastructures automobiles au profit des vélos. On peut dire sans se tromper que la révolution à deux roues a fait son chemin.

Les municipalités du monde entier ont beaucoup investi pour faire des villes un havre de paix pour les cyclistes. Les mesures de distanciation sociale étant devenues la "nouvelle norme", les citoyens se sont vu proposer d'autres moyens de circuler dans leurs villes. À la fin de l'année 2020 en Europe, plus d'un milliard d'euros (907 millions de livres sterling ; 1,1 milliard de dollars) ont été dépensés pour des infrastructures liées au vélo, et 2 300 km (1 400 miles) de nouvelles pistes cyclables ont été déployées depuis le début de la pandémie.

À New York, les autorités locales ont encouragé activement les citadins à envisager d'autres modes de déplacement. En Europe, les villes et les municipalités ont mis en place de multiples incitations pour soutenir la transition en matière de mobilité, en prévoyant concrètement des options plus fluides pour les habitants de nos villes. Prenez la création d'un réseau de pistes cyclables sur le modèle du RER en France, les aides financières pour l'achat d'un vélo en Italie, ou l'investissement massif dans les infrastructures à Bruxelles, qui a créé plus de 40km de nouvelles pistes cyclables.

Il est temps de rouler ensemble vers le futur.

Nous avons commencé à rêver plus grand. Et pour donner vie à notre vision de villes plus respirables et centrées sur les gens, il est fondamental que les États, les villes et les institutions intensifient leurs efforts pour fournir des infrastructures sûres et nécessaires aux cyclistes. Le fait que la sécurité et le manque d'infrastructures soient un facteur déterminant dans l'adoption du vélo dans le monde entier souligne l'impact transformateur que cela aurait sur les villes de notre avenir.

Si vous vivez en France, vous pouvez rejoindre le mouvement et faire bouger les choses pour l'avenir de nos villes en rejoignant, en soutenant ou en finançant la FUB (Fédération des Usagers de la Bicyclette), une association de cyclistes qui se bat depuis longtemps pour encourager la pratique du vélo dans l’hexagone. Ensemble, nous parviendrons à améliorer la mobilité urbaine pour tou.te.s.

Trouvez le Brand Store, le Service Hub ou l'atelier certifié VanMoof le plus proche de chez vous et faites un essai du VanMoof S3 & X3 dès aujourd'hui.

Acheter le vélo.